Les pros

Si vous voulez vivre et gagner votre vie grâce à l’apiculture, il faut prévoir une activité plus importante de vos ruchers et devenir un professionnel en apiculture. Pour ce faire, plusieurs techniques sont à maîtriser afin de développer vos ruches et l’achat d’équipements est absolument à prévoir pour améliorer l’efficacité de votre production de miel. Dans tous les cas, la ruche et l’apiculture requièrent une bonne connaissance des abeilles et notamment la transhumance, pour devenir un véritable professionnel.

Transhumance

La technique de transhumance est fréquemment utilisée par les professionnels de l’apiculture. Celle-ci est calquée sur la migration périodique des troupeaux de bétails vers des prairies plus fraîches. En apiculture, la transhumance consiste donc à déplacer les ruches vers d’autres endroits qui possèdent plus de ressources pour la pollinisation. Logiquement, on préfère transhumer les ruches près des plantes mellifères qui sont riches en nectar et pollen.

Quand transhumer les ruches ?

La transhumance s’effectue lorsque toutes les abeilles cessent leur activité du jour, c’est-à-dire à la tombée de la nuit, quand elles sont toutes rentrées dans les ruches. Le mieux est de déplacer les ruches au-delà de 5 ou 6 km du point de départ, voire plus pour les apiculteurs professionnels.

Par ailleurs, la période de transhumance varie en fonction du miel recherché. Au printemps, on obtient du miel toute fleur, tandis qu’en été du miel de lavande est plus facile à obtenir.

Comment faire la transhumance ?

En théorie, les apiculteurs déplacent les ruches selon la floraison des fleurs. Cela aide les abeilles à récolter une quantité importante de nectar et de pollen qui produisent différents types de miel. Pour être efficace, le professionnel doit tenir compte des éléments suivants :

  • Le nombre de ruches à transhumer
  • Le moyen de transport des ruches
  • Le temps de trajet imposé aux abeilles

Où transhumer ?

L’endroit varie en fonction du type de miel recherché. Pour du miel de châtaignier ou d’acacia, on peut diriger vos ruches vers l’Ain. Pour du miel de lavande, les Alpes-de-Haute-Provence sont idéales avec ses champs de lavande. Le parcours se termine lorsque les ruches transhumées retournent vers leur lieu d’hivernage.

Les différentes techniques de transhumance

La transhumance s’applique de différentes manières et à l’aide de certains matériels et outils spécifiques pour faire le déplacement.

La transhumance avec « muselière »

Il existe plusieurs modèles de muselière adaptés en fonction de vos ruches et types d’apiculture. C’est un système grillagé qui a l’avantage de donner plus d’espace et d’air aux abeilles pendant la transhumance.

La transhumance ruche fermée

Cette technique est recommandée pour les petits apiculteurs qui effectuent des trajets courts d’environ une heure. C’est la solution la plus facile pour transporter les ruches, car les entrées de ruche doivent être en position fermées. L’air doit y circuler librement grâce aux planchers aérés. Et bien sûr, il faut s’assurer que les différents éléments de la ruche soient bien attachés dans votre voiture.

La transhumance ruche ouverte

Cette pratique est conseillée uniquement aux apiculteurs professionnels et expérimentés possédant un nombre de ruches important. Les ruches sont laissées ouvertes pour l’aération des colonies pour donner les meilleures conditions de voyage et faciliter le travail de l’apiculteur. Transportez aisément les ruches grâce à des brouettes spécialisées vers une camionnette plateau ou un camion avec cabine isolée.

Notes supplémentaires sur la transhumance

  • Utilisez un enfumoir pour apaiser les abeilles avant de déplacer les ruches.
  • Facilitez vos déplacements à l’aide des matériels de transport professionnels.
  • Faites la récolte du miel avant de transhumer et placez une hausse vide pour l’essaim.
Product filters
Energie
Lieu d'utilisation
Matière
Prix

 – 

  • 9020
  • 9020
En stock
Marchand
Idéal pour qui ?