Transhumance

Lorsque l’on parle de transhumance, on se réfère le plus souvent au bétail qui migre de la plaine à la montagne ou inversement. Mais c’est un terme qui s’applique également aux essaims d’abeilles que l’on transporte d’une région florale à une autre. La transhumance des abeilles permet, par exemple, d’obtenir une récolte de miel précoce ou de donner au fameux nectar un goût particulier et une qualité gustative supérieure.

Quand déplacer les ruches ?

Pour que la transhumance des ruches soit une réussite, il est impératif que toutes les abeilles soient confinées dans leurs ruches. C’est pourquoi elle s’effectue généralement le soir, lorsque toutes les butineuses sont rentrées. La transhumance peut éventuellement avoir lieu très tôt le matin, peu avant que le jour se lève et très exceptionnellement la journée, par temps de pluie ou lorsque les températures sont fraîches et que les abeilles préfèrent rester au chaud.

En ce qui concerne la saison de transhumance des abeilles, elle dépend principalement du type de nectar recherché par l’apiculteur. Toutes les variétés de fleurs ne s’épanouissent pas à la même saison, mais le déplacement des ruches a souvent lieu au printemps, à partir du mois d’avril. Lavande, garrigue, romarin ou encore sapin, nombreuses sont les plantes mellifères à attirer les petites abeilles voyageuses.

Les différentes techniques de transhumance

Il n’existe pas une seule et même technique de transhumance des abeilles. En fonction de l’expérience de l’apiculteur, mais aussi de ses possibilités et de ses envies, il va choisir la méthode qui lui convient le mieux. Voici les 3 techniques pour procéder à la transhumance d’une ruche.

Transhumance en ruche fermée

Cette technique est parfaitement adaptée aux apiculteurs qui décident d’utiliser leur voiture pour déplacer leurs abeilles sur un trajet qui ne dépasse pas 1 heure. C’est la méthode la plus simple, car les entrées sont fermées, mais les planchers restent aérés pour que l’air puisse tout de même circuler.

Transhumance en ruche ouverte

Pour cette méthode de transhumance d’abeilles réservée aux plus expérimentés, les ruches (souvent en grand nombre) sont placées dans une remorque ou à l’intérieur d’un camion. Elle convient aux longs trajets, car elle évite l’étouffement des butineuses, tout en leur facilitant le travail des apiculteurs.

Transhumance avec « muselière »

La muselière est un système fait de grillage qui laisse un petit espace aux abeilles pour qu’elles puissent sortir.

Quelles sont les destinations de voyage ?

Pour fabriquer le meilleur miel, certains apiculteurs n’hésitent pas à faire voyager leurs petites protégées dans toute la France et parfois même à l’étranger pour les plus aventuriers. Ainsi, les abeilles qui se déplacent dans l’Ain pourront produire du miel d’acacia ou de châtaignier et celles qui partent en Alsace produiront du miel d’oranger. Dans le sud, plus précisément dans les Alpes-de-Haute-Provence, les colonies auront la chance de savourer la lavande. Aussi, pour récolter du miel de carotte ou de fenouil, la transhumance des abeilles se fait dans le centre de la France.

There are no products in this section